Press Today

Banques et BDL : cessez d’attendre Godot

Dr Habib ZOGHBI-Les banques et la BDL, depuis plus de deux ans attendent Godot ou l’Oncle Sam qui se trouve lui-même dans le coma. Pas derestructuration du secteur bancaire, ni d’autocritique à la BDL, ni de vraies concessions envers les déposants.Une seule chose est requise : une procédure réaliste et applicable malgré la situation politique que l’on vit, afin de libérer une partie des dépôts et d’arrêter la tragique décote forcée provenant des circulaires successives de la BDL, car au train où vont les choses, le déposant continuera à recevoir des miettes gravement « décotées » en guise d’anesthésie. La circulaire 158 traite sur une année 1,3 % seulement des fonds des déposants. Le reste des fonds ne seront remboursés que dans plusieurs années au meilleur des cas. Elle permet au déposant de récupérer progressivement une petite somme non sans une décote de 35 % au taux de change d’aujourd’hui. Pire encore, la circulaire 151 l’oblige s’il veut accéder à son argent de le retirer avec une décote de 70 %, ce qui réduit les dettes de la BDL du même ratio, une circulaire inéquitable et illégale à mon avis. Par manque de faire les choses qu’il faut, on fait n’importe quoi. C’est pour cela que j’estime que grâce à ces circulaires, grâce aux retraits à 1 500 LL pour ceux qui en ont besoin et grâce aux chèques lollars vendus, les dettes de la BDL se réduisent d’environ 1,5 milliard de dollars mensuellement au détriment des déposants !
Lire l’article