Press Today

Négociations avec le FMI : le compromis politique est-il possible ?

Salah HIJAZI- Comment ne pas répéter le scénario Diab ? Deux ans après que les querelles politiques et financières ont fait capoter les négociations entre le Liban et le Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement Mikati tente d’aborder la question avec une autre approche, privilégiant le compromis en amont entre des acteurs n’ayant pas les mêmes intérêts.Dans cette logique, le vice-Premier ministre Saadé Chami, un pur technocrate qui a fait l’essentiel de sa carrière au FMI, a annoncé cette semaine que le gouvernement s’est entendu sur le montant des pertes du secteur financier : entre 68 et 69 milliards de dollars. « C’est le fruit d’un accord élargi entre les parties prenantes, incluant le gouvernement et la Banque du Liban », affirme-t-il à L’Orient-Le Jour.
Lire l’article