Press Today

Radiographie des facteurs qui favorisent actuellement l’inflation au Liban

Philippe HAGE BOUTROS- L’année qui touche à sa fin aura été celle des records les plus tristes pour le Liban sur le plan économique. Depuis le début de la crise, à la fin de l’été 2019, le PIB du pays a diminué de plus de moitié, sa monnaie nationale est en chute libre, tandis que les prix des biens et des services ne cessent d’exploser. Les chiffres de l’inflation publiés la semaine dernière par l’Administration centrale de la statistique (ACS) sont sans appel : fin octobre, l’indice des prix à la consommation, qui mesure l’évolution des prix en livres de plusieurs lots de biens et de services sur le marché libanais, a continué de progresser en rythme mensuel (+16,42 %) pour une hausse annuelle culminant désormais à +173,57 %.Pour l’économiste et statisticien Robert Kasparian, ancien patron de l’ACS, « une inflation en rythme mensuel qui atteint 7,5 % en moyenne » est un phénomène très lourd pour une économie. Il se base sur ses propres calculs réalisés sur la période allant de septembre 2019 à septembre 2021 (ce taux passe à 7,8 % en incluant octobre 2021).
Lire l’article