Press Today

Restructuration bancaire : incursion au creux des vagues de licenciements

Magaly ABBOUD- Qu’il s’agisse de départs volontaires, assortis de packages plus ou moins « avantageux », ou de licenciements expéditifs, sinon abusifs,le secteur bancaire en serait à sa « quatrième »phase de réduction de ses effectifs, selon une source du secteur, alors qu’il tente depuis deux ans de survivre à la crise financière, laquelle a balayé son statut de deuxième
employeur au Liban.Cette réduction des effectifs s’accompagne également d’une diminution du nombre d’agences bancaires dans le pays, alors qu’elles y pullulaient, notamment à Beyrouth. Signes du malaise, l’Association des banques du Liban (ABL) n’a ni publié les chiffres de 2020 concernant le nombre d’employés du secteur ni donné suite aux questions de L’Orient-Le Jour à ce propos. La Banque du Liban (BDL), elle, a rejeté toute responsabilité concernant les ressources humaines au sein des banques nationales, bien qu’elle les supervise de facto. « Les banques font ce qu’elles veulent en matière d’embauche. Ce n’est pas à la banque centrale de leur dicter le nombre d’employés nécessaires », a ainsi justifié une source en son sein. Une source souhaitant garder l’anonymat, comme toutes les autres interrogées sur ce sujet sensible.
Lire l’article